art contemporain - Galerie Nathalie Béreau
Accueil du site > Français > Expositions 2018 > Chai Pierre & Bertrand Couly > juillet-septembre 2018 : Rémanence, Frédérique Bouet et Carole (...)

juillet-septembre 2018 : Rémanence, Frédérique Bouet et Carole Marchais



Les œuvres exposées sont disponibles à la vente et également sur commande pour les tirages photographiques
Contact


L’exposition Rémanence au Chai Pierre & Bertrand Couly, Chinon. Jusqu’au 30 septembre 2018

Se connaissant depuis 2011, les deux artistes Frédérique Bouet, photographe plasticienne, et Carole Marchais, plasticienne créant des installations et des sculptures ont réalisé une exposition à 4 mains pour la Galerie Nathalie Béreau au Chai Pierre & Bertrand Couly.
Rémanence, ou le temps suspendu, retrouvé, travaillé, distendu, jouant non avec le paysage naturel mais ce qui le constitue, à savoir la branche, la fleur, l’arbre, la vigne. Les deux artistes nous invitent à une promenade à travers une vingtaine d’œuvres qui égrainent la légèreté dans des compositions rigoureuses au souffle aérien et invitant à la contemplation.
Aucune des deux œuvres ne prend le pas sur l’autre, l’exposition trouvant son équilibre à travers chacune. Chaque photographie et chaque sculpture sont autonomes mais s’enrichissent l’une l’autre. Une certaine intensité qu’on pourrait nommer poétique, comme à fleur de peau surgit à travers la ligne claire construite des œuvres.
Chaque artiste a cependant un mode opératoire bien distinct.

Carole Marchais prend pour point de départ de sa réflexion le lieu, les activités qui y sont rattachées pour s’inspirer.

Cela vient de sa formation première, en tant que géologue et en aménagement du littoral.
Elle observe, questionne, s’informe, part de l’histoire, repère l’espace, son interaction avec l’extérieur. L’artiste réalise alors soit des installations in situ soit des sculptures.
Les sculptures présentées à l’exposition jouent avec le jardin qui entoure le chai et qui leur fait fasse, nous amenant à nous arrêter sur les plantes (fleurs sèches) que l’artiste utilise ou qu’elle récrée avec du fil de métal - telle une brodeuse. Ces plantes, qui semblent être les survivantes d’un monde perdu.
Elle les sublime, leur donnant un cadre qui nous oblige à faire un focus sur ces éléments naturels à préserver.
Un cercle de barrique, un cadre réalisé avec une corde à piano, et l’artiste crée une fenêtre, tel un peintre, sur une plante qui devient comme par métonymie, un paysage.
L’artiste donne à ses sculptures une dimension autre en les faisant jouer avec la lumière ou l’air qui se faufile, elles se dédoublent alors en ombres portées à l’infini dans un léger mouvement.
Carole Marchais suspend le temps dans ses sculptures telle une pluie qui serait figée dans la glace.

Elles rejoignent alors les images de Frédérique Bouet.
Les images photographiques, représentations perceptibles du réel, sont chez Frédérique Bouet un réel recomposé dans un dédale de strates, tel un palimpseste.
Au premier abord, l’image paraît floue, comme si l’artiste avait fait un focus flottant.
A l’observation méthodique de l’image en question, l’œil capte différents niveaux, différents éléments qui ont été rapprochés, peints, transformés, et composés de telle sorte que l’image devient un collage d’une mémoire reconstituée à divers moments donnés.
Ici, l’artiste joue avec des moments de captation étalés dans le temps, réunissant en une seule image des sensations distinctes assemblées selon des critères aléatoires du souvenir.
Ce collage d’ordre intellectuel car réfléchi donne cependant une photographie privilégiant le sensible, comme un mouvement vibratoire du souvenir d’un paradis perdu.
La photographe s’inspire essentiellement de la nature, dans ses différents éléments tel le ciel, l’eau, la terre avec ses composants que sont les plantes ou les arbres.
Elle leur donne une grâce, une élégance par un graphisme aux réminiscences japonaises, ou ce que l’art du Japon dans ses estampes en particulier peut évoquer.

La couleur est subtile, dense, et en même temps diaphane. La lumière semble alors traverser la photographie pour parvenir à nous. Dans ses séries, Frédérique Bouet convoque ainsi différentes approches de la photographie évoquant le mouvement des Pictorialistes de la fin du XIXe siècle (entre 1890 et 1914). Le temps semble ralenti pour mieux nous transporter dans l’univers de l’artiste qui nous ouvre ainsi sa boîte de souvenirs à la fois singuliers, intimes et si universels.
Nathalie Béreau, juillet 2018


Parcours de Carole Marchais


Parcours de Frédérique Bouet

Technique utilisée
Le processus créatif de mes images s’apparente au processus du souvenir. “Il faut la mémoire de beaucoup d’instants pour faire un souvenir complet.” (Gaston Bachelard)
Mon travail est souvent constitué de séries. Il procède de la collection, de l’accumulation, de la juxtaposition. Il fonctionne comme autant de petites mémoires, de fragments de temps enregistrés et superposables.
J’utilise des techniques mixtes. Je travaille à partir de mes propres photographies (argentiques et numériques) sur lesquelles j’interviens en utilisant différents procédés (peinture, logiciels de retouches d’images, superpositions, prises de vue successives). Chaque image est le fruit de différentes opérations.

J’essaie de restituer la complexité du processus mémoriel dans des palimpsestes photographiques qui permettent une mise au point sans focale, un jeu d’accommodation visuelle en mêlant, condensant, superposant différentes images tout comme la mémoire enregistre différentes temporalités - celle du passé, celle du présent, celle de la mémoire qui se prolonge dans la perception du moment présent, celle de l’imagination.

D E A en arts plastiques, Université Paris I, Sorbonne

Expositions personnelles
2018 Pensées magiques - Maison Rose, Bordeaux
Bleu - Maison Caillaud - Ars en Ré
2017 Pensées magiques - Maison Rose, Bordeaux
Tracer l’horizon - La Citadelle, Le Château d’Oléron
2016 Ciels - Le Barachois - Oléron
2013 Osons - Le Cloître des Dames Blanches, La Rochelle
Tracer l’horizon - La Capelleta, Céret
Tracer l’horizon - la Minoterie, Nay
2012 Lapsodie - Galerie de l’Aiguillage, Paris
Tracer l’ horizon - Saint-Trojan- les-bains
Tracer l’horizon - Le Pilori - Niort
2011 Ligne de crête - Perpignan
Le bonheur est dans le pré - La Croix Valmer
2010 Ligne de crête - Perpignan
2009 Ligne de crête - Château Royal de Collioure
Ligne de crête the Pinyao International Photography Festival- Pékin
2008 Lapsodie - Musée d’Art Moderne de Céret
Work in process - Théâtre de la Mezzanine - La Serre, Lieusaint
2007 Lapsodie - Espace Jean Legendre Compiègne
Lapsodie - Musée d’Art Moderne de Céret

Expositions collectives
2015 Fotofever, Le Carrousel du Louvre, Paris
2015 Animan - Galerie de l’aiguillage, Paris
2011 Installation photographique - Jardin botanique du Muséum d’Histoire Naturelle - La Rochelle
Balt’Art - Salon d’Art Contemporain, Pavillon Baltard - Nogent sur Marne
Biennale d’art contemporain, Arts Atlantic - Espace Encan - La Rochelle
2009 Ligne de crête the Pinyao International Photography Festival- Pékin 2008 Espace Iris - Paris 3ème
Festival Regards - Villeneuve-la-rivière
2007 La Caravane Catalane - Mostaganem-Alger-Bejain Festival Landartbretagne - Juillet, Août
Mac 2000, Paris 17ème - Novembre

Médiation et animation
Projets menés en milieu scolaire ou institutionnel :
2015 Médiation culturelle, agglomération de Niort, Ecole de Fressine
2012 Parcours scolaire du Pilori, Niort
2008-2009 Ateliers d’Arts Plastiques du musée d’Art Moderne de Céret
2007-2008 "L’album de Lola" Ecole primaire de Villeneuve La Rivière (66) CP
2004-2005 "Un autre regard" Ecole primaire de Coulommiers (77) CM2
"L’image Ecole primaire de Coulommiers (77) CM2
2003-2004 "Album de famille" Ecole primaire de Coulommiers (77) CP,CE2,CM1
"Journal photographique" lycée, Gonesse (95) Terminales Arts plastiques
2002-2003 "Lieux communs" Ecole primaire de Coulommiers (77) CM1
2001-2002 "Carnet de voyage " Ecole primaire de Coulommiers (77) CE2

Publications
2009 Ligne de crête - Editions Alter ego – Juillet
2006 Actes, L’art et le politique interloqués - Editions L’Harmattan
2002 L’art contemporain au risque du clonage - Publications de la Sorbonne
2001 Plastik n° 1 - Revue du Centre de Recherche en Arts Plastiques (C E R A P), Publications de la Sorbonne

Collections Publiques
Scène nationale de la Coupole - Melun Sénart
Artothèque, Espace Jean Legendre - Compiègne
Musée d’Art Moderne de Céret
Hippodrome de Châtelaillon-Plage

Diverses collections privées



 
Accueil du site | Contact | Plan du site | Colophon | ©Nathalie Béreau | facebook Facebook |   English | Suivre la vie du site RSS 2.0